Initiation à l’ayurveda // A la recherche de mon « dosha »

ayurveda le film

Pas de formation de yoga ce week-end, du coup j’en ai profité pour relire mes notes du week-end d’avant, pendant lequel on a notamment suivi une initiation à l’ayurveda. J’étais curieuse d’en apprendre plus sur cette médecine alternative considérée comme la « science-sœur » du yoga. Il y a quelques années, j’avais fait un massage ayurvédique, dont je n’ai qu’un souvenir énergique et huileux. C’est une prof du centre de yoga « Kripalu », à l’ouest du Massachusetts, qui est venue nous faire une après-midi de cours à ce sujet. Elle était d’un enthousiasme débordant et d’une joie contagieuse. Ses présentations théoriques étaient illustrées de plein d’exemples concrets, entrecoupées d’exercices de respiration. Voici les grandes lignes de ce qu’on a vu pendant cette longue après-midi…

Qu’est-ce que l’ayurveda ?

Originaire d’Inde, où il est pratiqué depuis plus de 5000 ans, l’Ayurveda, science de la vie en sanskrit, se présente comme un style de vie, voire une médecine préventive, en harmonie avec la nature et les saisons, notamment à travers un régime alimentaire et une routine quotidienne. Le mot d’ordre de l’ayurveda, c’est l’équilibre – les déséquilibres étant source de maladies physiques et mentales. Le but de l’ayurveda est d’apprendre aux gens à être en bonne santé en comprenant leur propre nature en relation avec leur environnement.

Dis moi qui tu es, je te dirai quel est ton dosha…

L’univers dans la conception ayurvédique serait composé de 5 éléments : l’espace, l’air, le feu, l’eau et la terre. En se combinant, ils forment 3 « doshas » ou constitutions, ou qualités physiques primordiales. Avant de commencer à suivre les principes de l’ayurveda, il faut déterminer quel est son dosha. Tout le monde a une dose de chacun de ces 3 doshas, mais l’un d’entre eux est censé être prédominant. Voici en quelques mots leurs principales caractéristiques :

  • Vata : c’est le tempérament du mouvement, du vent. Les gens qui sont « vata » sont enthousiastes, sensibles et très créatifs.
  • Pitta : c’est le tempérament de la transformation. Les gens qui sont « pitta » sont décidés, organisés, précis, intelligents.
  • Kapha : c’est le tempérament de la stabilité. Les gens qui sont « kapha » sont généreux, gentils, responsables, fidèles, calmes.

Des questionnaires permettent de déterminer son dosha, qui se basent sur le mental et sur le physique, on en trouve aussi en ligne si vous voulez essayer (questionnaire en anglais ou en français).

Adopter une routine quotidienne de bien-être

Une fois qu’on a déterminé quel était son « dosha », il faut apprendre à bien l’équilibrer, pour qu’il n’y ait ni manque, ni excès. Par exemple trop de vata, la caractéristique du mouvement, peut créer de l’insomnie, de la nervosité voire de l’indécision. Ou trop de pitta va créer de l’arrogance ou un tempérament trop compétitif. Bref, on oublie pas le mot d’ordre : équilibre ! A chaque type de personne, à chaque période de l’année, il faut trouver le moyen, par l’alimentation, une routine d’hygiène, et des activités physiques, d’équilibrer tout ça. Par exemple, si on est kapha, soit quelqu’un de costaud, solide, fort, si on mange trop lourd, ça va « aggraver » notre cas, de la même façon que si on a un mode de vie trop calme, ça va nous tirer vers le bas.

J’aime bien découvrir de nouveaux systèmes de pensées, c’est comme si on me racontait une histoire sur une façon alternative de voir le monde, et que je devais me demander : qu’est-ce que je peux en tirer d’intéressant ? Même si certaines notions peuvent sembler ésotériques, l’idée centrale d’équilibre relève du bon sens, et me semble importante : manger léger en été, ne pas faire d’exercices trop durs quand il fait trop froid ou trop chaud, etc. ; c’est souvent des choses qu’on a tendance à oublier, sans doute à cause d’une accumulation d’habitudes plus ou moins néfastes. Bref, j’attends encore de déterminer quel est mon « dosha » – chaque fois que j’ai fait le test, c’était un différent qui ressortait… et je pourrais suivre une feuille de route de bien-être spécialement dédiée à mon « dosha ». A suivre !

Vous aimez le blog ? Rejoignez-moi sur Facebook – Mathilde fait du yoga ou sur Twitter @mathildepit

Je pratique le yoga depuis 2006. Promis, le yoga, ce n'est pas juste s'asseoir en tailleur et chantonner "om" en respirant de l'encens. Sur le blog de yoga, je parle des mes coups de coeur, mes sources d'inspiration et mes conseils pour dérouler son tapis et profiter des bienfaits du yoga dans la vie de tous les jours.

2 Commentaires

  • Répondre mars 7, 2013

    Morgane Deslile

    C’est intéressant, ça fait un moment que j’essaye de me renseigner sur l’ayurveda, notamment dans le cadre des massages! Je trouverais ça bien effectivement de lire une feuille de route sur ton « dosha ».
    Je pense que certaines choses peuvent paraitre ésotériques dans les « sciences » asiatiques parce qu’on a un système de pensée différent et qu’on essaye de les comprendre avec nos propres références. Il y a peut-être des choses qu’on comprend mal en fait parce que c’est difficile de se les représenter… Je ne sais pas trop ce que j’en pense mais j’y suis assez ouverte!

    • Répondre mars 7, 2013

      Mathilde

      Merci pour ton message ! La feuille de route est en fait une routine de soins de bien-être quotidiens, appelés Dinacharya.
      Pour le côté ésotérique, j’essaie de ne pas opposer les différents systèmes de pensée pour en choisir un meilleur qu’un autre. J’essaie de les combiner, tout en sachant que ce système-là a été fondé il y a quelques millénaires dans un autre contexte que celui d’aujourd’hui : bref, j’essaie de dire que tout n’est pas à prendre au pied de la lettre.
      A bientôt en tout cas !

Laissez une réponse