Et la respiration dans tout ça ?

Breathe - http://www.pinterest.com/pin/303359724870029020/

Je me rends compte qu’il y a un truc dont je n’ai presque jamais parlé sur le blog, alors que pourtant, c’est l’un des aspects les plus fondamentaux du yoga : la respiration. Pourquoi cet oubli ? Sans doute parce que ça me semble tellement évident que je n’y ai même pas pensé. On respire bien en permanence non ? Qu’est-ce que le yoga vient faire dans tout ça ?

La respiration en mouvement, c’est pas si évident ?

Dans la plupart des cours de yoga, on apprend à associer tel mouvement à une inspiration ou une expiration. Par exemple, je lève les bras, j’inspire, je baisse les bras, j’expire. Le mouvement commence quand la respiration commence, et on le fait durer aussi longtemps – ou aussi rapidement – que l’inspiration dure. Par exemple, quand je fais le cobra, j’inspire et j’enroule ma colonne vertébrale, et quand j’ai terminé d’inspirer, j’expire et je redescends. Vous voyez l’idée ?

Ca parait tout simple, mais en fait, on retient sa respiration plus souvent qu’il n’y parait, ou on respire de façon saccadée, courte. De façon plus générale, on ne fait pas vraiment attention à la façon dont on respire.

Pas très important puisque c’est naturel de toute façon ? Héééé, je n’en suis pas si sûre. Quand j’ai commencé à faire du yoga, l’un des effets a été… que je faisais mieux du vélo : au lieu de souffler dans tous les sens, de devenir rougeasse et de retenir ma respiration dans les montées, je me suis mise à respirer plus lentement et plus longuement, à coordonner le mouvement de mes jambes à celui d’une respiration moins saccadée et moins jouflue si je puis dire. La respiration aide à coordonner les mouvements, mais a aussi d’autres effets : relaxants, vivifiants…

Des exercices spécifiques de respiration

La respiration par le ventre. Respirez en gonflant son verre, et en le dégonflant, lentement. On peut le faire dans la relaxation au début et à la fin du cours.
Dans la vie de tous les jours, quand je commence à stresser, la plupart du temps, j’ai mal au ventre. Alors cette respiration « du ventre » m’aide à me calmer, j’ai l’impression de me faire mon propre massage interne.

Ujjayi (qui se dit ou-djaille). C’est une respiration légèrement sonore : respirez par le nez, faites « glisser » l’inspiration et l’expiration au fond la gorge, en créant un léger son, comme une vague – ou le bruit de Dark Vador. Dans les cours de vinyasa, on essaie de pratiquer cette respiration tout le long du cours, ce qui permet de rester concentrer sur sa respiration, au lieu par exemple d’être trop concentré sur l’effort à faire, ou plus probablement de laisser son esprit vagabonder.
Dans la vie de tous les jours, si je commence à me laisser emporter par mes émotions pour diverses raisons (ennui, colère, etc.), je me fais quelques Ujjayi, ça me calme et je peux me lancer ! Comme disent les Américains, « I feel grounded », en gros, je me sens en confiance, « ancrée ».

Anuloma Viloma. C’est une respiration alternée, au cours de laquelle on va inspirer par une narine, puis expirer par l’autre narine, en se bouchant successivement la narine droite, puis la narine gauche avec ses doigts, disposés dans une forme particulière, un mudra. Assis en tailleur, les yeux fermés, cet exercice de respiration me plaît tout particulièrement, il n’y a pas mieux pour se relaxer. C’est chaud d’un côté, froid de l’autre, de plus en plus lent, de plus en plus fluide.

Kapalabathi. Contrairement à Anuloma Viloma, je trouve cet exercice assez éprouvant, mais les effets sont intéressants : ça me donne une sensation d’ouverture et de respiration très profonde – quand on arrête l’exercice. Assis en tailleur, ou parfois en posture de « squat », on expire brusquement par le nez en contractant le ventre, l’expiration est forcée, l’air sort du nez comme si on voulait chasser une petite mouchette collée sous le nez, puis on laisse l’inspiration se faire naturellement, et c’est reparti pour expirer brusquement. Le rythme peut être assez soutenu, et une cession dure environ 1 minute. On fait une pause, on retient sa respiration, puis on reprend. C’est très vivifiant !

Respirer est quelque chose de complètement naturel, et dans le yoga on en prend encore plus conscience, en jouant avec sa respiration, en s’exerçant à la coordonner avec le mouvement, et en l’utilisant comme un outil pratique de relaxation et de bien-être. Les exercices de respiration, ou pranayama en sanskrit, composent l’un des huit membres du yoga, au même titre que les asanas (les postures) ou la méditation (dhyana).

Quels effets ont sur vous les exercices de respiration au yoga ?

Le blog a aussi une page Facebook ! Venez partager vos liens, posez vos questions, donner votre avis. Vous aimez le blog ? Rejoignez-moi sur Facebook – Mathilde fait du yoga ou sur Twitter @mathildepit

Je pratique le yoga depuis 2006. Promis, le yoga, ce n'est pas juste s'asseoir en tailleur et chantonner "om" en respirant de l'encens. Sur le blog de yoga, je parle des mes coups de coeur, mes sources d'inspiration et mes conseils pour dérouler son tapis et profiter des bienfaits du yoga dans la vie de tous les jours.

1 Commentaire

  • Personnellement, quand je suis énervée, les exercices de respirations ont un effet apaisant immédiat. Je les utilise à chaque fois que j’y pense!

Laissez une réponse